L’Open Innovation chez GRTgaz

Un entretien avec Maria Acevado.

Possédant un pôle d’Open Innovation depuis plusieurs années, GRTgaz est venue à nous pour l’un de ses appels à projet. Maria Acevedo qui pilote l’Open Innovation Factory, nous apporte son retour d’expérience.

Des initiatives venues directement des directions métier

Depuis la création de l’Open Innovation Factory, les initiatives qui émergent viennent des problématiques remontées par les différentes directions métier de GRTgaz.  Maria nous explique : « les problématiques peuvent survenir soit parce que les métiers n’ont pas eu le temps de les traiter, soit parce que nous n’en avons pas les compétences en interne. Quand on nous remonte ces problématiques, c’est avec l’envie de proposer une chose à laquelle on n’avait pas pensé. l’Open Innovation nous donne la réponse de ce qui se fait ailleurs sur ces problématiques-là ».

Depuis toujours, l’Open Innovation Factory fonctionnait avec des partenaires sur lesquels elle s’appuyait. Maria précise : « On s’appuyait énormément sur ces partenaires-là qui nous relayaient à la fois par les différents moyens dont ils disposent, mais aussi sur l’ensemble des pôles de compétitivité et des clusters sur lesquels on avait l’habitude de travailler depuis que le dispositif a été lancé en 2016 ».

Quand un appel à projet change la façon de fonctionner

Au début de l’année 2020, l’Open Innovation Factory disposait de 6 appels à projet parmi lesquels un sujet présentait une possibilité de co-développement. Maria précise « il s’agissait d’une solution qui était innovante, certes, mais sur laquelle on pouvait jouer plusieurs cartes à la fois. On parle d’une solution déjà mature en mise en place, mais avec aussi des points pour lesquels on pouvait tout simplement partir d’une feuille blanche et co-développer une solution que l’on n’avait pas encore essayée chez GRTgaz ». 

Pour cet appel à projet, GRTgaz cherchait à répondre à une problématique un peu ancienne. « Aujourd’hui, nos réseaux de canalisations sont souvent entourés de différents types de réseaux (ferroviaires, télécoms ou autres) qui les influencent d’une façon ou d’une autre. Ce sont des influences qu’on appelle des courants alternatifs qui vont dégrader nos canalisations au fil des années. Aujourd’hui on cherche à se projeter un peu dans l’avenir et d’ajouter aux solutions curatives déjà existantes des solutions préventives. On cherche des solutions qui nous permettent soit de minimiser les coûts de mise à la terre qu’on a aujourd’hui, soit de trouver la solution miracle qui va tout reprendre à la fois ».

Dans le cadre de ce projet,  GRTgaz a fait appel à Inwibe pour améliorer l’agilité du processus, mais aussi pour tester le fait d’externaliser complètement le sourcing. « On a testé aussi le fait de ne pas s’appuyer entièrement sur nos partenaires historiques, mais d’avoir aussi une équipe dédiée à part entière et ainsi évaluer quelle était la pertinence de cette approche » nous confirme Maria.

Une collaboration qui offre des résultats très satisfaisants

Externaliser le sourcing en faisant appel à Inwibe a permis à l’équipe de GRTgaz de regarder le problème autrement. « Le regard extérieur nourrit forcément le nôtre. C’est comme un enfant qui regarde quelque chose, il a un regard neuf qui nourrit notre regard pollué » exprime Maria.

En travaillant en collaboration avec Inwibe, GRTgaz a trouvé le soutien nécessaire pour sourcer. Lorsque l’entreprise a sollicité Inwibe, elle n’avait encore reçu aucune candidature malgré des relances auprès des universités, des laboratoires, et même des entreprises qui avaient été ciblées. Grâce à cette collaboration, le sourcing a permis d’obtenir des noms d’entreprises qui apportent des solutions matures.

Pour Maria, « Inwibe fonctionne comme un catalyseur, c’est-à-dire, qu’ils vous permettent d’avoir une réponse rapide sur un problème spécifique et une vision globale de ce qui se fait sur le marché. » Elle ajoute ensuite « nous sommes arrivés avec un projet déjà ficelé, mais le fait de reprendre ensemble permet de se poser des questions que l’on a oubliées de se poser au départ pour X raisons. Ça, je pense que c’est super enrichissant ».

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *